Jeu responsable | Le défi des casinos en ligne et des éditeurs

livre Responsible gambling

Qu’est-ce que le jeu responsable et pourquoi le promouvoir ?

Pour la grande majorité des gens, les jeux d’argent sont synonymes de plaisir et d’amusement. Mais pour une minorité, ils présentent un risque d’addiction. Au contraire des jeux vidéo, le terme d’addiction est bien reconnu médicalement pour les jeux d’argent. 

Cela ne concerne pas tout le monde bien sûr, tout comme la toxicomanie et l’alcoolisme ou d’autres dépendances n’affectent que les personnes présentant certaines prédispositions. Dans un moment difficile, le joueur déjà vulnérable risque de se réfugier dans le jeu, et perdre le contrôle.

Les casinos en ligne, en tant qu’approvisionneurs de ces jeux d’argent, ont donc une part de responsabilité et se doivent de promouvoir les bonnes pratiques afin d’éviter que certains joueurs n’entrent dans une mauvaise spirale. Cette notion de lutte contre le jeu excessif est née au début des années 2000 au Royaume-Uni, et a bien évolué depuis.

Alors que la promotion du jeu responsable reposait autrefois exclusivement sur les épaules des opérateurs, les fournisseurs de jeux sont aujourd’hui eux aussi soumis à une surveillance accrue. Ils prennent désormais des mesures pour s’assurer que la protection des joueurs est bien prise en compte dans leurs produits.

Les casinos réglementés ont obligation de prévenir et détecter le jeu problématique

L’industrie du jeu en ligne est l’une des plus contrôlées au monde. Afin de pouvoir offrir leurs produits de divertissement en ligne, les casinotiers doivent d’abord demander une licence d’exploitation. Les plus connues sont la Gambling Commission du Royaume-Uni, la Maltese Gambling Autority, et la Curaçao Gaming Licence.

Il en existe d’autres propres à chaque pays réglementé, comme en France avec l’Arjel, si stricte que peu de casinos en ligne en ont pour l’instant demandé l’agrément. Ces licences de jeu imposent aux opérateurs à la fois de prévenir l’addiction au jeu, mais aussi de le détecter et de prendre des mesures pour rendre leurs services inaccessibles aux personnes vulnérables. 

Pour prévenir le jeu problématique, il s’agit par exemple d’interdire l’accès aux moins de 18 ans au moyen de la vérification d’identité automatique, et d’afficher des messages pour que les joueurs prennent conscience du risque d’addiction. La plupart des casinos en ligne intègrent sur leur site une page dédiée au jeu responsable, dans laquelle se trouve un questionnaire afin d’aider les joueurs à analyser leurs comportements vis à vis du jeu, ainsi que des liens vers des associations d’aide et de conseils, comme GamCare ou GamblingTherapy. 

Depuis peu, des outils pratiques doivent également être mis à disposition des joueurs, comme la possibilité de fixer des limites de dépôt et de pertes, afin d’aider les utilisateurs à respecter leur budget. Des rappels de session peuvent également être mis en place pour indiquer aux joueurs le temps passé à jouer.

La détection est également une obligation, ce qui signifie que le service client doit garder un œil sur les dépenses des joueurs et leurs communications, afin de repérer ceux qui présenteraient des signes de jeu problématique. Cette obligation prend une forme très dissuasive lorsqu’elle n’est pas respectée, puisque de fortes amendes peuvent être appliquées : la dernière en date vient d’être infligée par la Gambling Commission anglais au groupe Rank pour un montant de 6 millions d’euros, pour n’avoir pas pris les mesures nécessaires envers un joueur montrant des signes de dépendance au jeu en 2020.

Les éditeurs de jeux ont aussi leur part de responsabilité

Dans un contexte très médiatisé et sous surveillance constante de la part des gouvernements, tous les acteurs des jeux d’argent ont compris que leur intérêt résidait dans l’auto-régulation, afin d’asseoir leur crédibilité et d’éviter que de nouvelles lois soient publiées. Depuis peu, le projecteur s’est déplacé sur les éditeurs de machines à sous : n’ont-ils pas une part de responsabilité, étant donné que ce sont eux qui fournissent le support ? Alors, quel rôle peuvent-ils jouer dans la prévention du jeu excessif ?

C’est au cours de la Semaine du jeu responsable, qui a lieu tous les ans (la prochaine se déroulera début novembre 2021), que tous les acteurs des jeux d’argent ont l’occasion de se rencontrer, de discuter des pratiques des joueurs et des nouveaux enjeux. Durant cette semaine, de nombreux messages de prévention sont affichés chez tous les opérateurs réglementés, ce qui les met en lumière et souligne leur différence avec les sites illégaux et non réglementés. 

Les fournisseurs de machines à sous et autres jeux de table classiques sont alors amenés à prendre conscience que leurs produits peuvent être source d’addiction pour certains utilisateurs, et sont amenés à collaborer sur la prévention du jeu excessif, ainsi qu’à investir dans la recherche et la sensibilisation. Soumis à des audits de la part d’auditeurs indépendants comme eCogra, leurs jeux sont garantis équitables et affichent le taux de retour au joueur (RTP) dans un effort de transparence. La prévention du jeu passant d’abord par une meilleure connaissance des règles, ces fournisseurs créent maintenant des fiches explicatives très complètes sur leurs machines à sous. 

Enfin, l’association pour la prévention du jeu problématique GamCare a récemment créé l’accréditation GamCare B2B, que le célèbre éditeur de jeux Playtech sera le premier à recevoir. Cette décision salue les efforts de son programme Playtech Protect, visant à renforcer le jeu responsable au moyen d’experts en conformité, et d’outils technologiques poussés à travers sa plateforme BetBuddy. Cette nouvelle accréditation B2B est l’une des mesures concrètes qui peuvent être prises pour impliquer l’ensemble du secteur dans la création d’environnements de jeux plus sécurisés pour les joueurs.

Author: admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *